La Bible est un recueil de textes sacrés chez les juifs et les chrétiens, écrit entre le VIIIe siècle avant Jésus-Christ et le Ier ou IIe siècle de notre ère.

Cette Bible a sa place sur propagerlefeu.fr en tant que texte littéraire et pour son influence sur toute l’histoire de la littérature, de l’art et de l’humanité. Elle a fourni d’innombrables motifs à connaître pour apprécier les textes ultérieurs.

Le mot vient du grec ancien et signifiait « Les livres » ; s’agissant d’un recueil de textes, il convient d’abord de savoir de quelle Bible on parle.

Ma grande inculture remercie Wikipédia pour la synthèse suivante (forcément imparfaite, mais les grandes lignes doivent être là) :

1) La Bible hébraïque contient :

  • La Torah (la Loi)
  • Les Nevi’im (les Prophètes)
  • Les Ketouvim (les autres écrits)

Elle est dite en hébreu « TaNaKh ».

2) La Bible des Chrétiens :

Vers 270 avant J.-C, cette Bible hébraïque a fait l’objet d’une traduction en grec (la « Septante », car le texte a été traduit par 72 savants juifs, mais la dictature des arrondis fait que l’on retient « 70 »).

L’Ancien Testament correspond (avec des différences) à la TaNaKh ci-dessus, auxquels ont été ajoutés 6 livres (les écrits deutérocanoniques/apocryphes). Avant de les citer, quelques précisions sur le « canon » hébraïques repris par les chrétiens :

Alors que la Bible hébraïque est divisée en trois parties, l’Ancien Testament des chrétiens est divisée en quatre parties :

  • Le Pentateuque (« 5 livres ») chez les chrétiens (les cinq livres étant la Génèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres, le Deutéronome), qui correspond à la Torah des juifs.
  • Les livres historiques
  • Les hagiographes
  • Les Prophètes

Les livres deutérocanoniques (« canoniques secondaires ») sont les suivants :

  • Judith
  • Tobie
  • Maccabée
  • Sirach
  • Baruch
  • Une partie de Daniel et la sagesse de Salomon

Les six livres en question n’étant pas reconnus par les protestants.

Comme chacun sait, les chrétiens ont ajouté le Nouveau Testament (vie et actes de Jésus et des apôtres), soit :

  • Les quatre Evangiles
  • Les Actes des Apôtres
  • Les Epîtres
  • L’Apocalypse

Au IVe siècle, les traductions latines existantes étant imparfaites, Jérôme entreprend une nouvelle traduction : La Vulgate.

Enfin, il existe une Bible Samaritaine qui ne reprend que le Pentateuque/la Torah avec des différences de fond.

Edition de référence :

Pas d’édition [par défaut], dans l’attente des premières intervention.

Livre(s) et ressource(s) de référence

Pas d’indication dans l’attente de vos interventions.

A vous de jouer maintenant !

Pour mémoire, l’édition citée est suivie de la mention [par défaut] qui apparaît s’il n’y a pas encore eu de discussion sur le sujet.

En commentaires, libre à vous de :

  • discuter des mérites et défauts des différentes éditions
  • de la place de l’auteur ou de l’oeuvre dans la culture de son temps
  • de l’importance de l’auteur ou de l’oeuvre pour un lecteur contemporain
  • de ce qu’il représente pour vous
  • des livres ou autres sources très recommandables pour comprendre l’auteur / l’oeuvre / son influence
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *